Article d'Actufoot 44

Joueur de l'équipe fanion, Romain Alix mène aussi un parcours d'éducateur qui le conduit à prendre la responsabilité de l'école de foot et du foot à onze jeunes du FC Bouaye. Il évoque le passé et l'avenir.

Ludovic Béranger, nouveau président depuis bientôt un. Nordine Chaouch nommé nouvel entraîneur à l’issue de la dernière saison. Avec le départ de Ludovic Tallio pour le FC Brains Boiseau, le club boscéen devait aussi enrôler un nouveau de l’école de foot et du foot à onze. La décision a été prise depuis plusieurs semaines. Défenseur central de l’équipe fanion (PH), Romain Alix endosse de nouvelles responsabilités.

« Une autre façon de faire »

« Le club est à un tournant avec pas mal de changements, notamment celui de responsables école de foot et foot à onze jeunes. Je serai donc ce nouveau responsable même si sur le foot à onze je serai en collaboration avec Nordine Chaouch nouveau responsable technique du club », explique le joueur de vingt-cinq ans dont l’un des objectifs de la saison prochaine consistera à passer le BEF.

« J’ai hâte de débuter la prochaine saison, reprend l’ancien sociétaire du RC Ancenis 44 et de l’US Philibertine. Avec l’arrivée du nouveau coach, ce sont des nouvelles méthodes d’entraînement, une autre façon de faire. La réputation de Nordine n’est plus à faire. Je le connais comme quelqu’un qui fait bien jouer ses équipes et surtout qui les fait travailler tactiquement. » De quoi envisager l’avenir avec ambitions même si aucun club de PH ne pourra grimper d’un échelon à l’issue de l’exercice 2017-2018.

« Il faut repartir de l’avant »

« Sur la saison qui s’est écoulée, il y a un peu de regrets car après avoir loupé la montée d’un point la saison d’avant, le groupe s’est un peu reposé sur ses lauriers. On s’est peut-être vu trop beau, confie Romain Alix. Il y a eu des blessés, des absences, des suspensions. On a vécu une saison galère, ce n’était jamais facile sur le terrain. Le plus important était de se maintenir et c’est chose faite, maintenant il faut repartir de l’avant car on a le potentiel pour bien figurer. » Pour prendre le bon tournant.

Charles-Henri Chailloleau